SAINT-ISIDORE

Saint Isidore est certes un quartier de Nice, mais c’est surtout un véritable village dans la ville, entre le fleuve Var à l’ouest et les collines à l’est.

Patron des paysans et ouvriers agricoles, la bêche à la main, Saint Isidore est le protecteur des récoltes et dispensateur des pluies qui les favorisent.
« Se si cuerbe per sant Isidorou, lou temps per trenta jour farà lou morou. » (« Si le temps se couvre pour la Saint-Isidore le temps restera sombre pour trente jours »).

Et il est vrai que le quartier était celui des cultures, maraichères et fruitières, et de l’élevage.
Sur les collines, on cultivait la vigne et l’olivier, alors qu’on pêchait l’anguille dans les eaux du Var…
À l’exception de quelques gros propriétaires, la population y était pauvre et vivait de sa production agricole.

Il fallait toutefois se protéger des eaux parfois torrentielles du Var.

Dès le milieu du XIX° siècle, la Maison de Savoie, dont dépendait Nice et son Comté depuis 1388, envisagea de construire une digue de plusieurs kilomètres, entre Saint-Martin-du-Var et la mer.
Elle fut achevée en 1870, par le second empire, alors que Nice était devenue française.
C’est à partir des années 1890 que fut réalisée la ligne de Chemin de Fer de Provence entre Nice et Digne.
Et le “train des Pignes” s’arrêtait bien entendu à Saint Isidore.



Et c’est au début du XX° siècles que Saint Isidore se développe.

Les voies de circulation se multiplient :
Saint-Pierre-de-Féric en 1922, La Costière en 1924, La Conque en 1925, La Clua en 1931, Canta Gallet en 1932, Corniche fleurie en 1934.
Dès 1931 un réseau de bus relie Saint Isidore au centre de Nice. Commerces et services s’installent et le village s’agrandit.
À telle enseigne, Saint Isidore et Lingostière envisagèrent de se créer en Commune indépendante de Nice.

Le développement industriel et commercial de la plaine du Var
mis un point d’arrêt à ce projet.


À partir du milieu du XX° siècle, des entreprises s’installent, Spada, EDF…
En 1973, le groupe Carrefour s’installe à Lingostière et ouvre la voie de l’implantation d’autres enseignes…
Sans oublier le projet du parc d’attractions Zygofolis dans les années 1980, aujourd’hui Parc d’Activités Logistiques où sont implantés des entreprises de transport…
Saint-Isidore devient aussi bien une zone de développement industriel, que commercial et administratif…

À Saint Isidore, le XXI° siècle s’ouvre avec un projet d’Eco-Vallée et le projet d’implantation du Grand Stade de Nice.

Une nouvelle histoire commence… (à suivre)

Sources notoires pour l’écriture de cet article : Centre du Patrimoine – Sus lu barri, Roger Isnard – Nice Quartier, Editions Mercure…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :