LE FORT DU MONT-ALBAN (1560)

LE FORT DU MONT-ALBAN (1560)

20 juillet 2021 0 Par Nice City Mag

Situé entre le royaume de France et les Etats Italiens, le Comté de Nice, à la suite du siège de Nice en 1543, amplifie son effort militaire en développant ses fortifications et en construisant le fort du Mont-Alban.

Bâti sur la colline du Mont-Boron (222 m), entre Nice et Villefranche, le fort occupe une position militaire stratégique, en ce qui concerne le contrôle et la défense.

Malgré des chemins d’accès escarpés, le passage du Mont-Alban reste la route directe vers l’Italie.
Les concepteurs de l’époque avaient compris l’importance de ce lieu qui avait un rôle de verrou, mais aussi de surveillance.
La vue panoramique du site s’étend de la rade de Villefranche jusqu’à Bordighera d’un côté, de la baie des Anges jusqu’à l’Estérel de l’autre.

Classé monument historique en 1909, le fort est racheté par la ville de Nice en 2007.

Depuis 1388, le Comté de Nice fait partie de la maison de Savoie, lui offrant son unique ouverture portuaire.

En juin 1543, la coalition franco-turque assiège Nice.
A la suite de cet affrontement, dès 1550, le nouveau duc Emmanuel-Philibert a l’idée d’une fortification militaire de la côte niçoise, et planifie un projet de fortifications incluant le Château de Nice, la citadelle Saint-Elme de Villefranche et le fort du Mont-Alban.
Le fort est un ouvrage massif de forme polygonale et bastionnée, de 742 m2.
Il dispose de 4 bastions et de 4 courtines se terminant par une tourelle.
L’accès se fait par une petite esplanade et un pont-levis piétonnier.

L’ensemble du fort est constitué d’un mélange de pierres litées, recouvert d’un enduit, pour prévenir des dégradations. L’épaisseur des murs fait environ 2m en moyenne, pouvant aller jusqu’à 5m.
L’enceinte extérieure en pierres sèches mesure près de 1 200m de long.
Nice est alors une ville frontière. La colline du Château, comme le fort du Mont-Alban, sont des éléments de fortification inscrits dans un réseau de constructions militaires souhaitées par la Maison de Savoie.

Le fort est construit en fonction du terrain accidenté et sur un positionnement stratégique, avec Villefranche à l’ouest et le Château de Nice à l’est.
Etabli sur deux niveaux sous la terrasse, le fort pouvait accueillir un bataillon de 50 à 70 hommes.
Le fort servait à appuyer le Château de Nice et à protéger la citadelle de Villefranche.
La rade de Villefranche, point d’ancrage avec le bassin Lympia, des navires savoyards, est protégée non seulement par le fort Saint-Elme et la citadelle, mais aussi par le fort du Mont-Alban qui surplombe la ville.
L’entrée de la rade a été également dotée du fort Saint-Hospice, érigé sur la pointe de l’actuelle presqu’île du cap Ferrat, pour prévenir des attaques ennemies et des nombreux pirates.
Il a été détruit, comme le Château de Nice, en 1706.
Malgré les siècles, le fort du Mont-Alban veille toujours sur Villefranche et Nice.
Depuis sa terrasse, la vue panoramique est tout à fait spectaculaire !

©Drone In Nice/MAXPPP – Aerial view of Villefranche sur Mer, Saint Jean Cap Ferrat, Baie des Anges (South of France) took with a drone on March 2, 2014. In front the picture, the Mont Alban military fortication.