PORTRAIT en XV – ALAIN CLÉMENT

Dans ce portrait, nous présentons une personnalité qui œuvre dans le milieu culturel, associatif, sportif… dans notre région.
Ces personnalités issues de différentes catégories socio-culturelles vous présenterons, au-delà de leurs activités, leur angle de vision de notre région ou de leur ville…
En 15 questions, toujours les mêmes, Ils se prêtent au jeu du “Portrait en XV” (15 questions)

Cette semaine, nous découvrons Alain Clément, Directeur du théâtre du Phoenix, rue Léotardi Nice.

1) Alain, où êtes-vous né ?
Je suis né à Alger le 11 septembre 1947. J’ai débarqué à Toulouse en septembre 1962 pour venir m’installer à Nice en juillet 1963

2) Comment se sont passées vos premières années à Nice ?
Ce furent des années difficiles, car mon père, fonctionnaire aux « PTT » (à l’époque), muté à Cannes en octobre 62 (et non rapatrié d’Algérie, de ce fait) décède en janvier 63 d’un cancer sans avoir eu le temps de faire sa prise de poste.

3) Avez-vous une anecdote sur ces premières années ?
Le souvenir du courage et des sacrifices de ma mère qui a tout fait pour que mon adolescence soit la plus heureuse possible, au Lycée du parc Impérial puis en fac de Droit, malgré nos difficultés financières.

4) Décrivez nous votre activité ?

Comme souvent dans le monde du spectacle, je cumule le métier de Comédien, Metteur en scène, Prof de théâtre et Directeur de salle depuis octobre 2018.


5) Comment avez-vous commencé cette carrière ?
Je me destinais à la musique (Piano et Direction d’Orchestre) mais les difficultés évoquées précédemment m’ont obligé à y renoncer.
Cependant, ne pouvant rester sans « un pied dans l’Art », par curiosité, j’ai voulu savoir « comment ça se passe au théâtre » pour aboutir à la représentation.
Comment on devient comédien ?
Comment se passent des répétitions ?

6) Avez-vous eu un mentor qui vous a formé ?
Le tout premier : Bernard Fontaine qui m’a accueilli dans son cours puis dans sa compagnie.
J’ai eu la chance d’être ensuite l’élève de Marcelle Cotto (qui a  « coaché » notamment Antoine Vitez, Placido Domingo… que j’aie eu le plaisir et la chance de côtoyer)

Et ma grande rencontre fut au Théâtre de Nice (de 1986 à 88) avec celui qui ne m’a fait aucune concession, mais m’a permis, en toute amitié, d’approfondir mon métier,
Jean-Jacques Delbo.

7) Avez-vous une anecdote sur vos débuts théâtraux ?
Entré au cours de Bernard Fontaine en septembre 79, je me suis retrouvé sur scène le 4 novembre de la même année, dans le rôle de Philinte (personnage de la comédie du Misanthrope), excusez du peu.
Pensait-il Bernard Fontaine, Alceste (personnage de la comédie du Misanthrope), que je pouvais être un tant soit peu doué ?…

8) Aviez-vous un autre travail au début de votre carrière ?
Pour m’assurer une « enveloppe » afin d’élever décemment mon fils, j’ai été également pendant quelques années : Conseiller de clientèle dans une banque privée (HSBC, à l’époque le CCF). Une autre façon de « communiquer » avec les gens.
La Direction ne voyait pas toujours d’un très bon œil, ma « vie d’artiste » parallèle.

9) Comment avez-vous vécu votre Activité durant les 2 années “Covid” ?
Période passée relativement bien grâce au public d’abord, qui, par les dons (fiscalement déductibles), a répondu à notre appel sur notre site, que j’avais intitulé « CoviD’ons »,
nous permettant d’assurer ainsi nos charges fixes. (Encore, un grand Merci à tous)

Notre Théâtre ne reçoit aucune Subvention – c’est un choix délibéré de ma part – j’aime trop mon Indépendance.
Ce qui nécessite une gestion rigoureuse pour s’autofinancer.
 
Nos élèves ont également joué le jeu en suivant assidument les cours en visioconférence.
Ils tenaient très fort « à garder le contact ».
Il était normal qu’ils bénéficient d’une réduction de 50% de leur cotisation durant cette période.
Je crois, sans prétention, avoir été le premier sur Nice à proposer “le Télétravail de Théâtre”.


10) Quels sont les projets à venir pour votre Théâtre ?
L’élaboration de notre programmation est terminée.
Nous avons fait une journée « Portes Ouvertes » le 5 septembre pour présenter les pièces et le programme de nos ateliers.
Une pièce en création lors de la « Fête des Théâtres » en octobre.
La reprise de 3 de nos spectacles.
Un match d’Impro avec nos amis « Les Ben Jugat »
Une nouvelle pièce, signée Brigitte Massiot, sera en chantier à partir de janvier 2023..
Le programme complet ICI




12) Avez-vous des hobbys, que faites-vous pour vous détendre ?
Bien que la gestion d’une salle et d’une compagnie de théâtre laisse peu de place aux loisirs, nous prenons, mon épouse Béatrice et moi, le temps de partir (trop rarement) en randonnée dans l’Arrière-pays. (Marche l’été, raquettes l’hiver)

13) Vous lisez ? Quel est votre livre du moment ?
Je ne peux jamais m’endormir (même à 1h du mat) sans lire quelques pages.
En ce moment, c’est le dernier Ken Follett qui me régale avec son « Pour rien au monde »

14) Votre musique du moment ?
Elle n’est pas du moment. C’est viscéral chez moi : la MPB.  Musica Popular Brasileira.
D’ailleurs, de 1984 à 1987, j’ai été concepteur et animateur de l’émission « Vaï Brasil ! » sur Radio AzurR, la aadio de Nice-Matin. (musique, reportages, interviews)

15) Avez-vous un rêve, lequel ?
Un rêve ? Pas précisément.
Le vœu pieux de rester « l’Ado-Senior » que je suis à 75 ans dans quelques jours et continuer à apporter de la Joie au Public et transmettre à nos Élèves, avec Bienveillance, Exigence & Plaisir, ce que mes Maîtres m’ont apporté.

Merci Alain






%d blogueurs aiment cette page :