PIERRE DEVOLUY

Le colonel de génie Paul Gros-Long, en littérature Pierre Dévoluy, est né en 1862 à Châtillon-en-Diois (Drôme) dans le Bas-Dauphiné qui marque la limite de la langue d’oc, non loin du massif montagneux, sauvage et grandiose du Dévoluy, ce qui explique le choix du pseudonyme.

Après de brillantes études, il fréquente un cénacle tout frémissant de vie et d’espoirs groupé autour de Mistral.

C’est une affection profonde qui s’instaure entre Dévoluy et Mistral et, en 1900 le capitaine Gros-Long reçoit la ʺcigale d’or de majoralʺ et à l’instigation de Mistral devient ʺcapouliéʺ du Félibrige l’année suivante.

Il multiplie les contacts avec tous les groupes félibréens et ses discours soulèvent partout l’enthousiasme, ce qui se traduit par un surnom : « lou Capoulié de l’acioun ».

Tour à tour poète, historien, économiste, critique, militaire, publiciste, romancier, aucun grand problème national ou régional ne le laisse indifférent. Il écrit aussi bien en provençal qu’en français. On lui doit : « Histoire nationale de la Provence et du Midi »,  « Essai sur les noms de lieux de Nice », « La nationalité de Nice » etc …

Le colonel Gros-Long arrive à Nice comme le chef de génie d’abord, puis il y prend ensuite sa retraite.

Il est élu au Conseil municipal dans lequel on le nomme adjoint aux travaux publics.

Il meurt le 5 mars 1932.
La ville de Nice lui a rendu hommage en organisant des obsèques solennelles.

Son œuvre considérable lui assure une place de tout premier plan dans l’histoire des lettres provençales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :