MALONAT

LA DEVOTION D’UN QUARTIER A NOTRE-DAME-DU-BON-SECOURS

Au sommet de la rue du Malonat, au pied de la colline du Château, se trouve un oratoire dédié à Notre-Dame-du-Bon-Secours, on ajoute quelquefois du Malonat et aussi
Notre-Dame-de-la-Merci.

C’est une dévotion à la T.S Vierge qui a pris naissance en 1854.
Cette année-là, le choléra sévissait dans ce quartier de pêcheurs du Malonat et dans de nombreux quartiers de Nice.
En chaire, le curé du Gesù, Don Barraja, exhorta ses paroissiens à invoquer
Notre-Dame-du-Bon-Secours pour faire cesser le fléau.
Payant de sa personne, il commanda à un artiste peintre du quartier du port une statue de la Madone en carton-pâte et en plâtre.
Aidé par ses paroissiens, le prêtre fit installer au plus haut de la rue, dans un petit oratoire aménagé à la hâte, la statue de la Madone.

Dès que les premières prières commencèrent, le choléra s’atténua et quelques temps après, s’arrêta complètement.
La population reconnaissante promit de vénérer chaque année Notre-Dame-du-Bon-Secours et c’est ainsi que le 2 août 1854 elle organisa la première fête qui depuis est reconduite fidèlement chaque année le premier dimanche du mois d’Août.
Il y a d’abord un rassemblement dans l’église du Gesù et ensuite les fidèles se rendent en procession portant des bannières de la Vierge devant l’oratoire avec le concours des confréries de pénitents.
Du haut en bas de la rue du Malonat, aux fenêtres, les habitants mettent des lumignons et partout des guirlandes.

Ce sont en particulier les femmes du quartier qui sont chargées d’organiser les décors de cette cérémonie à laquelle assistent non seulement les autorités religieuses mais aussi, fidèlement, les représentants de la Municipalité.

Les habitants du Malonat ont apposé près de l’oratoire, une plaque de marbre pour marquer leur reconnaissance à Notre-Dame-du-Bon-Secours.
L’oratoire est précieusement arrangé et fleuri tout au long de l’année.
Une tradition qui fait partie intégrante des fêtes populaires de Nice.

Sources notoires pour l’écriture de cet article : Centre du Patrimoine ,  Sus lu barri, Roger Isnard , Nice Quartier, Editions Mercure…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :