Richard Pogliano raconte

Richard Pogliano 

Historien, économiste et écrivain, après avoir écrit une série de livres sur Nice, il se lance un nouveau challenge, la narration radiophonique.
Découvrez ou re-découvrez les petites histoires de Nice et ses alentours.

Né à Nice, il y habite depuis toujours. Marié et père de deux enfants, il a fait ses études au Lycée Masséna, à l’École Supérieure de Commerce et à la Faculté des Sciences Économiques de Nice.
Professeur de Sciences Économiques dans différents établissements niçois, il a également exercé au sein de collectivités territoriales.

Toutes les semaines, une nouvelle storie..

Passion d’histoire : Naufrage du Titanic

Le mercredi 10 avril 1912, le Titanic, le plus grand paquebot du monde, le plus luxueux et le plus confortable, quitte Southampton en Angleterre pour se rendre à New York, arrivée prévue le 17 avril 1912.
A son bord, 2 200 personnes, passagers et membres d’équipage. Dans la nuit du 14 au 15 avril, dans l’océan Atlantique Nord, au large de Terre-Neuve en Nouvelle-Écosse, le Titanic percute un iceberg sur le flanc tribord le 14 avril 1912 à 23h40 et coule le 15 avril 1912 à 02h20 : 1 500 personnes périrent, dans ce qui fut la plus grande catastrophe maritime en temps de paix, pour l’époque…

L’Erouina Nissarda, Catherine Ségurane sauve Nice assiégée par les franco-turcs.

En août 1543, les troupes de François Ier et la flotte de Soliman le Magnifique assiègent Nice.
Plus de 20 000 hommes contre une cité de moins de 10 000 habitants.
La ville est cernée. Les affrontements font rage. Tout est perdu. Mais à la tête d’une petite troupe, une bugadière surgit en haut des remparts : Catherine Ségurane va sauver Nice.
Elle va vaincre le roi de France et devenir le symbole de Nice, le symbole de l’esprit d’indépendance niçois par son opposition à la barbarie qui veut asservir.

La Cemenelum contre Nikaïa – Les Phocéens créèrent Nikaïa et les Romains Cemenelum

Cemenelum (Cimiez) et Nikaïa (Nice), deux villes qui au lieu d’être complémentaires, s’opposaient.
La venue de l’impératrice Salonina, en 261 ap. J.-C., changea la donne.
A l’issue d’un combat de gladiateurs les deux villes s’unirent dans un profond respect.

La Cemenelum contre Nikaïa – Les Phocéens créèrent Nikaïa et les Romains Cemenelum

35, les premiers Templiers commencèrent à s’installer à Nice. En 1307, le roi de France Philippe le Bel ordonna l’arrestation de tous les Templiers du Royaume.
Les Templiers de Nice furent épargnés pendant trois mois. Ils en profitèrent pour cacher le trésor du Temple…
Avant d’être arrêtés à leur tour !

Léa d’Ascot, crime ou suicide ?
L’histoire du Jardin Zoologique de Nice.

Comment, en 1886, Léa d’Ascot, divette des Bouffes Parisiennes, a créé le Jardin Zoologique de Nice – Cimiez, qui eut un succès international.
Quelle fut sa vie, ses mariages, ses faillites et sa mort ( accident, crime ou suicide ? ).

La mort du Tzarevitch Nicolas et les amours du Tzar Alexandre avec la belle Katia

À partir du milieu du XIX° siècle, les familles russes sont de plus en plus nombreuses à fréquenter la Côte d’Azur, Nice en particulier. L’âme slave habite le chemin Saint-Philippe, aujourd’hui boulevard Tzarewitch.
Le Tzar Alexandre II et la Tzarine Marie Alexandrovna accueille leur fils le grand-duc Nicolas dans leurs résidences du quartier Tzarewitch, à Nice.
Le Tzarevitch y mourra.
Quelques années plus tard, la Tzarine décède et le Tzar Alexandre peut alors épouser son grand amour Katia. Bonheur de courte durée car des terroristes assassineront Alexandre II, un an plus tard…

Au nom de Grasse…d’où vient le nom de la ville de Grasse ?

Grasse est une ville dont la renommée internationale est particulièrement due à son industrie de la parfumerie.
Et c’est Catherine de Médicis qui, vers le milieu du XVI° siècle, est à l’origine du développement des parfums à Grasse, ville de gantiers… gantiers qu’elle incite à parfumer leurs cuirs aux odeurs trop fortes…
Mais, d’où vient le nom de Grasse ? Des textes anciens mentionnent une ville de Grace qui aurait été fondée par une colonie juive au Ier siècle…
C’est ce que nous allons découvrir ensemble…

La malédiction des Théâtres et la disparition des plus beaux d’entre eux…

De la fin du XVIII° siècle au début du XX° siècle, de magnifiques théâtres et casinos vont voir le jour à Nice, comme le Casino de la Jetée Promenade, le Casino Municipal, l’Eldorado ou l’Opéra, d’autres encore.
Beaucoup ont malheureusement disparus, détruits par des incendies ou tout simplement démolis, et il ne reste rien de ces lieux. Sauf la mémoire. Mais il en est ainsi, pour toute chose…

La Mourra et le Pilou, deux jeux profondément implantés dans le Pays Niçois.
Nice a construit sa tradition populaire autour de certains jeux issus de l’histoire, mais aussi de sa propre invention, comme la Mourra et le Pilou…face à face, à deux ou à plusieurs… La Mourra se joue autour d’une table, chaque joueur ouvrant sa main sur le nombre de doigts qu’il choisit, annonçant en même temps le total de tous les doigts… Le Pilou est un jeu de jonglage, avec une pièce trouée et son volant, que l’on pratique dans la rue, en essayant de jongler le plus longtemps possible, ou de marquer le plus de points contre un adversaire… Deux jeux qui touchent maintenant les nouvelles générations… voilà pourquoi il faut en parler, pour ne pas les perdre !

Les Femmes de l’Ouest…de Nice, à la Belle Epoque !
Tout au long du XIX° siècle, la situation exceptionnelle de Nice a attiré les familles fortunées, les Anglais d’abord, les Russes ensuite. A l’ouest de la ville, la Promenade des Anglais…c’est Paris sur Baie des Anges ! Avec les plus belles femmes, toutes de mousseline vêtue, nos élégantes en équipage et chapeaux plumes. Parmi ces femmes de l’Ouest, Pauline Bonaparte et Marie Bashkirtseff…

Une étoile s’éteint – Le destin tragique d’Isadora Duncan, la danseuse aux pieds nus.
Les moments de vie d’Isadora Duncan, danseuse étoile de renommée internationale pour qui la danse était la vie, comme une prière. Une étoile qui s’éteint à la Belle Epoque, sur la Promenade des Anglais à Nice.

La légende de Saint Hospice – Les Lombards envahissent Nice en 575 ap. J.-C.
Ce fut la ʺnuit des barbaresʺ : Nice fut mise à sac et les familles dépouillées. Mais lorsque les Lombards s’attaquèrent à l’ermite Saint Hospice, miracle, ils furent tous christianisés. Plus tard, leur chef Autari épousa la catholique Théodelinde.

Léa d’Ascot, crime ou suicide ?
L’histoire du Jardin Zoologique de Nice.

Comment, en 1886, Léa d’Ascot, divette des Bouffes Parisiennes, a créé le Jardin Zoologique de Nice – Cimiez, qui eut un succès international.
Quelle fut sa vie, ses mariages, ses faillites et sa mort ( accident, crime ou suicide ? ).

La malédiction des Théâtres et la disparition des plus beaux d’entre eux…
De la fin du XVIII° siècle au début du XX° siècle, de magnifiques théâtres et casinos vont voir le jour à Nice, comme le Casino de la Jetée Promenade, le Casino Municipal, l’Eldorado ou l’Opéra, d’autres encore. Beaucoup ont malheureusement disparus, détruits par des incendies ou tout simplement démolis, et il ne reste rien de ces lieux. Sauf la mémoire. Mais il en est ainsi, pour toute chose…

Le musicien du Diable ou Piccolo Paganini
Niccolo Paganini fut un extraordinaire violoniste, d’une virtuosité à nulle autre pareille.
Il révolutionna tous les codes, inventant sans cesse de nouveaux phrasés.
Partout où il se produisait, il avait un succès phénoménal, il envoûtait son public.
Un très grand concertiste que les Niçois qualifièrent rapidement de diabolique.

Le mariage de Barberousse, alors que Nice est assiégée par les Français et les Turcs.

En août 1543, les troupes de François Ier et la flotte de Soliman le Magnifique assiègent Nice. Pendant plus d’une semaine, les affrontements font rage. La ville est cernée de toute part, soumise à un extraordinaire déluge de feu. Dans la seule journée du 15 août 1543, la ville reçue plus de 900 boulets de canons. Et tout cela, raconte-t-on, sous le regard de Maria, la jeune femme que l’amiral turc Barberousse venait d’épouser…

De Course en course – Les débuts de la compétition automobile et de Mercedes
Le niçois Auguste Maïcon rêvait d’être aviateur. Ce qu’il devint en 19Les débuts de l’automobile sur la Côte d’Azur à la fin du XIX° siècle, du tricycle à vapeur à la Daimler – Mercedes…

Le 1er Carnaval de Nice le 10 février 1294 !
Le 10 février 1294 Charles d’Anjou, comte de Provence, arrive à Nice. On lui organise une grande pantalonnade masquée : le 1er carnaval de Nice. Il y en aura bien d’autres. En 1873, le Niçois Andriot Saëtone fonde le « Comité des Fêtes » et organise le 23 février 1873, le 1er carnaval moderne ! Et le succès est énorme… Le carnaval de Nice devient le premier carnaval de France et l’un des plus connus au monde.

Jean Behra, le champion niçois du sport automobile mondial.
Le 1er août 1959 sur le circuit AVUS en Allemagne, Jean Behra, le champion automobile niçois trouve la mort dans un épouvantable accident. Pilote officiel successivement pour Gordini, Maserati, BRM, Ferrari et Porsche, il fut l’un des plus grands pilotes de son époque avec, entre 1951 et 1959, 53 départs et 9 podiums de Grands Prix. Il occupa la tête du championnat du monde en 1956, et s’illustra également en endurance comme en rallye. « Vaincre ou casser », telle était la devise de cet homme qui a fait de son rêve une réalité…et l’a vécu jusqu’au bout : Jean Behra !

Le Lindbergh niçois – L’histoire d’Auguste Maïcon qui, à 19 ans, devient aviateur.
Le niçois Auguste Maïcon rêvait d’être aviateur. Ce qu’il devint en 1911. A partir de là, il réalisa exploit sur exploit : survol du Carnaval de Nice en pleine nuit, passage sous le pont du Var, et bien d’autres…

La romancière se dévoile – L’histoire de Colette qui aimait se produire sur scène.
Colette était un écrivain à succès, très populaire. Elle adorait Nice. Elle y venait pour jouer des pièces de music-hall, dans lesquelles elle osait les tenues les plus légères. Le public était conquis, certes par sa beauté, mais surtout par son talent…

Inquiété pour ses liens avec Augustin Robespierre, Bonaparte fut emprisonné à Nice..
Bonaparte séjourna trois fois à Nice. D’abord en 1793, avec son 4ème régiment d’artillerie. Ensuite pendant l’année 1794, au cours de laquelle il fut arrêté, suite à la réaction thermidorienne des 27 et 28 juillet qui conduisit Robespierre et ses amis à l’échafaud.

Les Bugadières, ces femmes du peuple qui lavaient le linge à coup de battoir.;
Telle Catherine Ségurane, femme du peuple à l’allure de Reine, la corbeille de linge sur la tête et le battoir à la main, les Bugadières allaient dans l’eau limpide du Paillon laver les effets des riches familles de Nice. C’était la Bugada.