Les galeries

Important : Les manifestations de notre agenda sont régulièrement mises à jour selon les informations qui nous sont communiquées par leurs organisateurs. Toutefois, nous vous conseillons, par mesure de précaution, de vérifier les informations directement auprès du lieu de l’événement, avant de vous y rendre…


Isabelle Carré – Collages

Jusqu’au 28 janvier 2023

Sensible et curieuse, entre passé, présent et avenir, mon regard porte sur ce que nous sommes et ce qui nous entoure.
Après des études spécialisées dans la chimie des molécules odorantes, je découvre l’art aux Ateliers puis à l’Ecole des Beaux-arts de Marseille que j’intègre sur concours en 2008. J’ai trente-huit ans.
En design d’espace, un sujet attire mon attention « Contact, Ecart, Equilibre. Créer une sculpture ». Les mots résonnent. Contact : Aller au plus proche, Ecart: Prise de recul, Equilibre: Harmonie. Ils font sens et stimulent ma créativité qui, libre, prolifère dans de multiples directions pour donner naissance à un corpus de recherche sur le volume…

Galerie Depardieu
6 rue du docteur Jacques Guidoni
06000 Nice


Agnès Jennepin
Au delà des Apparences » 

Jusqu’au 22 decembre 2022

Agnès Jennepin, artiste plasticienne présente lors de cette exposition un travail proteiforme. 
Elle aborde son parcours artistique avec un besoin d’expérimentations très personnelles et ouvre le champs pictural vers l’inédit. Le portrait et la flore sont ses sujets de prédilection.
Ce qui se joue dans ses portraits féminins concerne la dualité de l’être, la place du vécu, visible, et l’autre part de soi. Sa recherche picturale est en rapport au temps passé et à la trace mémorielle laissée.
Quand elle aborde le thème floral, elle se laisse imprégner  par son environnement naturel et tente de retranscrire toutes ses sensations. 
A travers tout son travail, l’artiste invite à reconsidérer le geste paradoxal de l’effacement et à l’appréhender comme sa pratique pour rendre visible.

L’Atelier,
50 bld Maréchal Leclerc  Beaulieu sur Mer


Gilbert Pedinielli
Suites Kamasutriennes

Du 1er décembre au 14 janvier 2023

Toiles qui n’ont ni droite ni gauche, ni haut ni bas et qui n’ont presque plus ni endroit ni envers.
Toiles sans couleur, exclusivement composées de Valeurs.
Gris, noir, blanc en fond, en aplat. Seuls 10 traits composent la surface lisible.
Toujours le tracé régulateur du nombre d’or. Toujours des suites qui tendent vers l’infini.

Depuis près de 5 ans j’ai senti venir de loin le temps des fleurs, puis l’appel de la forêt, ensuite le retour à la nature, enfin les paysages charmants dans l’art contemporain. Thèmes développés certes depuis la naissance de la peinture.
Des artistes installés depuis fort longtemps, « des pointures » se tournent vers un art champêtre.
Après avoir montré leur cul et leur sexe, après avoir vendu des aspirateurs et des motos, après avoir plongé dans du formol des êtres vivants coupés en deux, exposé des objets quotidiens grossis au moins cent fois, donné dans des divers ébats aquatiques, masturbé les concepts laudateurs de zélés curateurs, craché sur la peinture-peinture ad nauseam, ces mêmes artistes prennent le chemin de la sylvothérapie. Siffô, ils entament leur retour d’âge par une sorte de repentir devant effacer leur péché de jeunesse, une nouvelle absolution radicale peut-être ? Leur disque dur cervical, devenu cerveau mollet s’aperçoit qu’il ne reste que la nature, saccagée par le système qui les a encensés ou qu’ils ont encensé. Alors ils inondent. La jeune génération suit.

Le prochain travail sera : DANSONS LA VILLE ! G.PEDINIELLi nov. 2022

Galerie Depardieu
6 rue du docteur Jacques Guidoni
06000 Nice


Jean-Luc Verna
Vous n’êtes pas un peu beaucoup maquillé ? Non.

Jusqu’au 07 janvier 2023

Jean-Luc Verna est de retour à Nice, sa ville d’origine, pour une exposition totale.
Et c’est déjà, en soi, une merveilleuse nouvelle pour Espace à vendre et pour ses visiteurs !
L’exposition offrira l’opportunité de découvrir les multiples supports utilisés par l’artiste (dessin, sculpture, photographie) déployés dans la totalité du lieu : la galerie, le showroom, le patio et le château, pour
un total de près de 250 m2 d’exposition.
Cette exposition aux allures de monographie mettra à l’honneur le dessin, véritable colonne vertébrale de la pratique de Jean-Luc Verna, présenté sous ses divers formats, toujours rares et précieux, et réalisés pour la plupart spécialement pour cette exposition à Nice qui gardera toujours le même titre que tous ses solo shows depuis ses débuts..

Espace à vendre
10 rue Assalit 06000 Nice

Roni Horn
Sweet is the swamp with its secret

Jusqu’au 17 décembre 2022

Une exposition commissariée par Jerry Grorovoy pour Hauser & Wirth Monaco, retrace le travail de l’artiste pour la première fois à travers le prisme du cinéma.

Les photographies et sculptures de Horn seront présentées aux côtés d’extraits du drame « Persona » (1966) d’Ingmar Bergman. Cette juxtaposition ne clarifie pas seulement la profonde influence du cinéma dans le travail de Horn, à la fois formel et conceptuel, mais met aussi en lumière son intense psychosexualité, qui souvent se révèle sous son personnage rigoureux et empirique. […]

Hauser & Wirth
One Monte-Carlo, Place du Casino
Monaco


Benoît Barbagli 
Tout autour, l’eau

Jusqu’au 14 janvier 2023

Benoît Barbagli a une pratique artistique protéiforme, il tire ses œuvres de la nature. Il se questionne sur l’éthique de l’image et l’empreinte qu’elle laisse. Dans les images de l’artiste, prises le plus souvent en milieu naturel et en collectif, se reflètent le partage et le lien privilégié qu’il entretient avec son environnement. Il collabore depuis 2018 avec le collectif PALAM (du latin « en présence de ») dont il est un des membres fondateurs.

Pour Elodie Antoine, historienne de l’art, « l’œuvre de Benoît Barbagli interroge les possibilités contemporaines d’une écriture photographique à travers la performance. Il nous propose un récit photographique dont le sujet demeure énigmatique.
Qui en est le narrateur ? L’auteur, les performeurs ?
L’artiste semble volontairement brouiller les pistes laissant au regardeur la place que Roland Barthes offra au lecteur – Le lecteur nait de la mort de l’auteur.
Les univers aquatiques mis en scène par Barbagli nous renvoient à des états et des formes primordiales – le liquide amniotique, le cercle, dans lequel viennent se mouvoir et se lover des corps dénudés. Un corps à corps avec la nature, un état ancestral de l’homme dans son lien étroit et privilégié avec les éléments : l’eau, l’air, la terre. Des éléments auxquelles ses sculptures viennent se faire l’écho – de la courbe de la montée des eaux à l’expansion de la vie depuis la naissance de l’humanité en passant par les variations des températures terrestres. Les œuvres photographiques et sculpturales de Barbagli questionnent notre être au monde, ses mutations et ses métamorphoses, ses possibles alternatives aussi. »

Galerie Eva Vautier
2 rue Vernier
06100Nice

Historia
Richard Roux Giuge

Jusqu’au 4 décembre 2022 

Ce sera, en dessin grandeur nature, une histoire du code vestimentaire (dress code), de la mode masculine en Europe de l’origine à aujourd’hui ! L’habillement outre sa fonction de protection contre les intempéries et de confort, comporte donc un message à forte portée sociale, une prétention à être ce que l’on n’est pas forcément et, a contrario, il peut aussi défier le « code » en vigueur, comme pour les punks, les hippies, les rockers, les zazous… se faire le reflet d’un message politique. Certains codes nous permettent aisément de situer le costume dans le temps, d’où le titre de l’expo. Les modes changent, les animaux restent les mêmes et traversent l’histoire immuables*.
Le recours aux hybrides pour cette série me permet de me focaliser sur les vêtements et non sur le personnage qui les porte. Cela me permet aussi d’y inclure une pointe d’humour et peut-être un message car les Hybrides font partie de mon travail artistique et reviennent régulièrement. L’oiseau, identique sur chaque dessin, représente un peu ce qui est immuable dans le temps.
Chaque panneau sera identique 80 x 180 cm  sur papier Renov A50g, dessins à l’encre (pinceaux et rouleaux).
« Le regard a une mémoire indépendante qui dépasse son objet. ” (Ingrid Lughet-Gad)


Espace culturel
Tourrette-Levens

OSMOSES MINERALES 2 – DANSE
de ELIAN BACHINI

Jusqu’au 11 mars 2023

Depuis 1980 il photographie la danse, le théâtre et les événements culturels dans la région SUD Provence-Alpes-Côte d’Azur et ailleurs. Ses images partent à travers le monde avec les compagnies et font l’objet de plusieurs expositions.
Également curieux de nature, il explore de nouveaux champs avec le plaisir que peut prendre un photographe à découvrir des terrains nouveaux. Les éléments du monde minéral, de l’eau, de la nature dans son ensemble, prennent de plus en plus de place dans ses images. Et dans ses derniers travaux, corps et matière s’unissent.
C’est en 2018 que naissent les premières Osmoses minérales 2 en couleur.
Dans cette série, les danseurs, les comédiens, les amis en seront la part humaine. La roche, les vieux bois, les murs fissurés, les crépis des façades en seront la matière.
Ses créations photographiques sont une façon de garder la trace des hommes et des femmes qu’il a photographiés, ces personnes qu’il a aimées et qui ont rempli ses photographies de leur art. Sans oublier la corrosion du temps qui passe.
Elian Bachini, né en Toscane (Italie), dessine, peint, fait des études de Lettres Italiennes à Aix-en- Provence, avant de se passionner pour la photographie.
Attaché en tant que photographe pendant plus de vingt ans à Châteauvallon, scène nationale de Toulon (Var 1980-2000), accrédité au festival de danse contemporaine Les Hivernales d’Avignon (de 1991 à aujourd’hui) et dans d’autres lieux de création et de culture, il photographie la danse, le théâtre et les événements culturels. Ses images partent à travers le monde avec les compagnies et font l’objet de plusieurs expositions (Mémoire de Danse, Archives subjectives, Donjon Soleil…).

Scène 55
55, chemin de Faissole, Mougins


Nicole Garilli

Du 2 déc. 2022 à juillet 2023

Avec un père musicien de cabaret, Nicole grandit dans un environnement artistique.
La musique occupe très tôt une place dans sa vie. Petite fille, elle s’adonne à toutes sortes d’activités créatives (peinture, dessin, couture, fabrication de colliers de perle…) au rythme enfiévré du Jazz. Nicole aime varier les matières (acrylique, fusain, pastel, encre, feuille d’or, pigment naturel, cuivre…) et les supports (toile, papier Kraft…) Elle privilégie l’acrylique pour sa liberté d’exécution et le travail de l’encre pour son rendu insaisissable. L’artiste sait que chaque technique à son propre langage. Un même sujet peut traduire des sentiments différents selon son mode de réalisation.
Avec son lot de surprises et d’imprévus, la vie l’inspire dans toute son instabilité.
Son art est en perpétuel changement. Les idées et les projets se bousculent dans sa tête créant de nouvelles inspirations. 

Carré d’Artistes Nice,
22 rue de la Liberté
Nice


Les étoiles des mammifères, des nombres, E1S1

Jusqu’au 25 février 2023

Une exposition collaborative d’après la théorie des jeux
de John von Neumann proposée par Stéphane Magnin

Avec Enzo Mari, Emmanuel Kant*,la Panthère Rose, Birgitt Sandström,Thierry Chiapparelli, EOOS Social Furniture, Philippe Marin, Amicale Marcel Chess Club,
Global Tools, Simon Nicolas, Jieun Oh, Yves Tenret


Transformé en espace de rencontre, de réflexion et
de production,le Narcissio offre ses murs à une production expérimentale à partir de principes proposés par Stéphane Magnin.

Le Narcissio
16 rue Parmentier

06100 NICE


Symboles, l’art rupestre de la région du mont Bego et du Valcamonica, le face-à-face

Jusqu’au 31 décembre 2022

L’art rupestre : le premier témoignage tangible des pratiques religieuses de l’homme
L’art rupestre permet de connaître le monde matériel des civilisations disparues : modes de vie, vêtements, armes et outils, cérémonies, mais aussi leur monde spirituel.
Cette exposition itinérante a été conçue par le Musée départemental des Merveilles (Tende), en collaboration avec la coopérative archéologique « Les Empreintes de l’Homme » de Valcamonica (Italie) et Madame Ilaria Zonia. 
Un parallèle est fait entre les différents symboles retrouvés sur les deux sites.
La vallée des Merveilles, avec le mont Bego et Fontanalba (Parc national du Mercantour), présente des traces d’occupation humaine comprises approximativement entre 3 200 et 1 700 avant J.-C. 140 000 signes et figures sur les huit millénaires qui précèdent notre ère se trouvent au Valcamonica, dans la plaine de Lombardie. La visite de cette exposition est donc très éclairante avant de découvrir in situ ces lieux emblématiques. 
Pour cette exposition, une scénographie originale a été entièrement conçue.
Elle a été enrichie de documents inédits dont des prises de vues de la vallée des Merveilles (1954-1959) réalisées par Loïc Jahan, spécialiste de la photographie aérienne.
Elle permet de souligner le lien évident et fort entre recherches archéologiques et archives.

CADAM
147, boulevard du Mercantour
Nice


Auguste Escoffier, un humaniste

Jusqu’au 30 novembre 2022 

Auguste Escoffier a acquis une notoriété mondiale pour avoir codifié et modernisé la cuisine française, en lui donnant un rayonnement international. Il rationalisa les tâches en cuisine et chercha en permanence à y améliorer les conditions de travail.
Au delà de cette image de « Cuisinier des rois et Roi des cuisiniers », Auguste Escoffier était un humaniste et un précurseur, ainsi qu’en attestent ses nombreuses initiatives dans les domaines de la transmission du savoir, de la mutuelle et de la prévoyance, de la lutte contre le paupérisme.
Facette moins connue du grand public, son altruisme va pourtant guider ses actions tout au long de sa vie. Cette exposition est entièrement dédiée à son engagement social et humaniste.

C’est cet homme de cœur, dont la vie a traversé deux guerres en pleine révolution industrielle que Fabrice Roy vous invite à découvrir dans le documentaire « Auguste Escoffier : une vision sociale ». Ce documentaire inédit a été spécialement conçu pour cette exposition par Fabrice Roy et sera diffusé jusqu’au 30 novembre 2022 au Musée.”


Pôle Auguste Escoffier

3, rue Auguste Escoffier, 06270 Villeneuve-Loubet

LE TRAIT DE RIVE
Denis Gibelin

Jusqu’au 15 fevrier 2023

Le Trait de rive
J’ai aperçu le trait de rive, celui qui côtoie l’air et l’eau, le calcaire
pour témoin.
Il réalise l’invisible.
En ébullition permanente et incessante, le mouvement qu’il délimite
est infini.
L’écume l’enlace.
Effeuillé de glace le trait se fige surpris par le froid,
Puis l’eau suit la ligne de crête, au loin,
tout autour de la mer.
On ne peut que l’entendre se briser en lames.
Si le son s’éloigne c’est que l’eau est d’huile, que le ciel l’a plaquée
en lui imposant le silence.
La rive est née, elle a rejoint l’horizon.
La mer et le ciel ne font plus que s’effleurer, le sel alors affleure et
forme une laisse de cristaux.
La grève s’enrichit de vestiges.
Le trait s’enrive.
Denis Gibelin

Transformé en espace de rencontre, de réflexion et
de production,le Narcissio offre ses murs à une production expérimentale à partir de principes proposés par Stéphane Magnin.

Centre culturel La Providence
8bis, rue Saint-Augustin – 06300 Vieux Nice


D’un monde à l’autre, du visible à l’invisible !

Jusqu’au 30 décembre 2022

« D’un Monde à l’Autre, du visible à l’invisible » invite le public à découvrir des collections inédites et originales conservées, parfois depuis plus d’une centaine d’années, par le Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco.
Cette exposition est un voyage dans le temps, au coeur de différents pays, de Monaco au Chili. Les visiteurs apprécieront les découvertes remarquables effectuées en Italie, en Jordanie, en Mongolie, tout en s’initiant aux pratiques actuelles de guérisseurs insulaires.
Pas moins de 8 espaces invitent les visiteurs à la découverte de rites ancestraux. Depuis quand prenons-nous soin de l’Autre ? Comment l’archéologie peut-elle rendre compte de la présence de rituels ? Quels sont les témoignages les plus anciens ou les plus proches de nous géographiquement ?
Les célèbres sépultures originales des Grimaldi datées de -25 000 ans, une momie égyptienne exposée pour la première fois, des reproductions 3D du site de Jebel al-Mutawwaq, ou encore la collection d’Atacama et son état de conservation optimal, viendront alimenter ces questionnements tout en proposant des clés de lecture.
Les mystères de l’Au-delà se dévoilent peu à peu…

MUSÉE D’ANTHROPOLOGIE PRÉHISTORIQUE MONACO
56 bis Boulevard du Jardin Exotique
98000 MONACO

Cinémato !

Jusqu’au 30 décembre 2022

Exposition sur Albert Ier de Monaco, pionnier de l’image et du son, avec les prêts des Archives de Palais de Monaco, de L’institut Océanographique et de Phono Muséum Paris, organisée par l’Institut Audiovisuel de Monaco.
Grâce aux prêts des Archives du palais de Monaco et de l’Institut océanographique, aux collections de l’Institut audiovisuel, l’exposition Cinémato ! entend rappeler combien le prince Albert Ier était un homme ouvert aux innovations de son temps.
La photographie, la phonographie et la cinématographie, tout particulièrement.
Les appareils utilisés par le Prince, ici dévoilés, explicitent les débuts technologiques de la toute fin du XIXe siècle. L’usage foisonnant et maîtrisé qu’il en fera, laisse aujourd’hui une trace sensible de ses expéditions, un héritage qui témoigne de son exigence d’une compréhension vaste et lucide des êtres et des choses. Les productions du Prince et de ses « compagnons de l’image », Jules Richard, Louis Tinayre et Henry Bourée, forment ainsi une importante collection d’images et de sons, rapportant des scènes de vie et de travail.
Mis en regard avec des écrits et des lettres du Prince, les images et les sons exposés peuvent être appréhendés par le visiteur dans leur contexte de création, tout en contemplant leur qualité esthétique. A travers cette exposition, le visiteur découvre une partie méconnue de l’œuvre du souverain explorateur, savant et humaniste.

Institut Audiovisuel de Monaco
L’Engelin, 83-85, boulevard du Jardin Exotique
98000 Monaco

%d blogueurs aiment cette page :