Jean-Marie Fondacaro

“L’ange de la baie” imaginé par le sculpteur niçois Jean-Marie Fondacaro a été choisi par les associations de familles de victimes comme œuvre mémorielle de l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice.
Installée en face du palais de la méditerranée, l’œuvre a été inaugurée le 14 juillet 2022

Né en 1956, Jean-Marie Fondacaro grandit dans une famille d’artisans et d’artistes.
Sa formation auprès des compagnons sculpteurs lui a donné la maîtrise de son métier qu’il renouvelle en échappant à l’enfermement restrictif d’une technique. En 1996, il remporte le prix Arman de la création au salon d’art international “D’ART” à Nice.
Durant les années 2000, de multiples rencontres et opportunités artistiques vont permettre à l’artiste de monter des expositions personnelles dont par exemple une grande exposition en 2003 à la « Maison des Arts » de Châtillon, puis en 2006 une collaboration avec le groupe Vinci et la réalisation d’une exposition au siège du groupe à Rueil-Malmaison.
S’ensuivra la réalisation de divers projets de sculptures monumentales ainsi que des œuvres intégrées à des ensembles architecturés pour une clientèle privée.
L’année 2013 est consacrée en grande partie à une exposition personnelle dans la citadelle de Villefranche-sur-Mer.

En 2018, l’artiste présente dans la « Zone Fondacaro » ses dernières productions lors d’une exposition à Villa Tamaris, centre d’art de La Seyne-sur-Mer. Son atelier situé à Nice est un lieu de création permanente et de rencontre entre artistes et amateurs d’art.



Sculpteur et graveur, l’artiste niçois Jean-Marie Fondacaro invite le visiteur à une conversation entre le passé et le présent.

Son œuvre privilégie l’émotion et le sensible tout comme ses prédécesseurs du mouvement baroque.
L’artiste interroge l’humanité, ses limites et son futur ; ces interrogations deviennent le fil conducteur de son travail.
Dans ses œuvres, réalisées dans différents matériaux parfois combinés entre eux (bronze, terre, stuc, céramique, etc.), les corps restent insaisissables, tout comme la question mouvante de ce qui fait la nature humaine.

Adolescent, Jean-Marie Fondacaro apprend le métier de sculpteur sur bois qui nécessite un important savoir-faire.
Passionné, il passe de longues heures au sein des églises baroques du Vieux-Nice (une dizaine d’édifices) mais aussi au Palais Lascaris, analysant les ornements foisonnants des décors baroques.
L’artiste y a de nombreux souvenirs : il y a fait ses « gammes » et trouvé sa « partition ». Vers l’âge de trente ans, il se lance dans la création artistique.

Dans ses derniers travaux, Regard de l’Aube, il utilise le choix vibrant des teintes chromatiques chaudes que l’on retrouve dans les décors du Palais : ocres rouges, orangées, brunes, terres.  
Le modelé et le mouvement d’une autre pièce magistrale, Le Peuple, n’est pas sans rappeler les sculptures des XVIIe et XVIIIe siècles, faisant écho à la forme longiligne des caryatides du mur de l’alcôve de la chambre.


Depuis juin 2018, Jean-Marie Fondacaro est représenté par la Galerie Bogéna – Saint-Paul de Vence.

%d blogueurs aiment cette page :