FRANCIS GAG

Poète, conteur, acteur et auteur de théâtre niçois

Le 14 février 1988, s’éteignait à Nice à l’âge de 87 ans, Francis Gagliolo, plus connu sous son pseudonyme de Francis Gag, célèbre poète, dramaturge, acteur et conteur, maître incontesté de la langue niçoise et des valeurs traditionnelles des pays d’Oc.

En décembre 1897, M. Jacques Médecin, député-maire annonçait que désormais le théâtre du Vieux Nice s’appellerait : « Théâtre Francis Gag » et lui remettait la médaille d’or de la ville de Nice.

Le théâtre a été inauguré le 6 octobre 1989

Une plaque commémorative était apposée sur l’immeuble du numéro 22 de la rue Pertinax ou Francis Gag a vécu une grande partie de son existence et où il a conçu nombreuses de ses œuvres.

Francis Gag, né en 1900, était fait pour le théâtre.

Il monta sur les planches en 1922 dans un spectacle de Gustav Adolf Mosa tiré de la « Nemaïda » de Joseph-Rosalinde Rancher puis avec la troupe de Barbara Martin un spectacle musical.
Il décida ensuite d’écrire ses propres pièces : « Lou barilié enrabiat » (Le tonnelier enragé), « Lou sartre Matafièu » (1931) (Le tailleur Matefil), « Ensin va la vida » (1934) (Ainsi va la vie), « Calena » (1934) (Noel), « Lou vin dei Padre » (1937) (Le vin des Moines), « La Pignata d’or » (1955) (La Marmite d’or).

Dans toutes ses pièces, il mettait en scène des silhouettes qui parlaient à tous les genres de public, car chacun pouvait plus ou moins se reconnaître dans les personnages et les décors.

Ceci lui permit d’avoir du succès partout où il se produisit aussi bien en Provence qu’ailleurs en France.

En 1939, Francis Gag incarna pour la première fois « Tanta Vitourina » cette commère à la langue bien pendue, capable de parler de l’actualité avec la sagesse et le bon sens de « tout le monde » : elle y « pastrouiât » jusqu’en 1969 !

Sans compter les tournées non seulement dans les Alpes-Maritimes mais dans les départements voisins et ensuite partout en France, toujours avec le même succès.

En 1964, ce fut la « Marche à la crèche », un conte de Noël, qui réunit ses deux personnages favoris en une même action : le berger du haut pays et la commère du Vieux-Nice.

Fondateur en 1956 du groupe « Nice la Belle », qui portera le charme des chansons et des danses niçoises dans le monde entier, Francis Gag incarnait l’âme et l’esprit de Nice et de la Provence.

De son vivant il était déjà entré dans la légende.

La technique, au travers des supports audiovisuels, nous permettra éternellement d’entendre sa voix si particulière nous émouvoir dans les « Deux vieux » ou nous conter quelque « chronique » avec son savoureux accent gavouot.

A si reveire amic Francis ! E viva !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :