L’ANCÊTRE DES CARNAVALS

L’ANCÊTRE DES CARNAVALS

8 février 2022 Non Par Nice City Mag
Si le carnaval s’est aujourd’hui répandu dans le monde entier, ses origines remontent au IIIe millénaire avant J-C, à Babylone. Il s’inscrit dans une tradition religieuse, lors de laquelle tous les rôles sont momentanément inversés …

C’est Bérose, un prêtre akkadien de Babylone, qui rédige sur des tablettes d’argile les grands rites hérités de la civilisation sumérienne.
Trois siècles avant J-C, le dignitaire y consigne, entre autres, les détails de fêtes, les « Sacées », qui présentent d’étranges similitudes avec notre carnaval …
Tous les ans, au mois de juillet et durant cinq jours, les hiérarchies sont inversées.
Les prêtres deviennent des civils et le plus pauvre des paysans un riche propriétaire.
Les hommes sont habillés en femmes et inversement.
Quant aux serviteurs, ils donnent des ordres à leurs maîtres, qui les servent docilement.
Les esclaves, pour un temps n’existent plus …

Parmi les prisonniers, on choisit le plus vil des condamnés à mort. Il est alors invité à monter sur le trône.
Affublé des attributs royaux, il vit une existence princière durant quelques jours, goûte aux mets les plus raffinés, partage sa couche avec les épouses du roi.
Puis, au soir du cinquième jour, il est fouetté, avant d’être mis à mort.

Les Akkadiens réitèrent ce simulacre des Saccés chaque fois qu’un danger les guette.
Qu’une guerre menace le pays, qu’un oracle pressente la mort du souverain ou qu’une éclipse lunaire, phénomène que les Babyloniens craignent par-dessus tout, advienne, on écarte aussitôt le roi de ses fonctions !

Un homme d’origine modeste prend sa place. On lui remet les insignes du pouvoir : le manteau d’apparat, le sceptre, la masse d’arme et enfin la couronne.
Le roi quant à lui devient simple « paysan ».
Là encore, une fois le danger passé, le substitut du prince est exécuté.
Pour les akkadiens, il s’agit moins d’abuser des dieux que de leur offrir un autre objet sur lequel donner libre cours à leur courroux.

** Extraits – D’après « la folie carnaval » de Sarah Belabes – Timée-Editions –